!css

6 questions à Yann Pouhaër

15/11/2021

Découvrez le portrait de Yann Pouhaër, Responsable Régional Grand Ouest Epargne Salariale et Retraite

L’épargne salariale et retraite est proposée à toutes les entreprises quelque soit leur taille. 
Notre réseau de banques de détail (BDDF) s’appuie sur des experts tels que Yann Pouhaër pour vous proposer une offre adaptée à vos besoins et vos envies. 

1.    Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Portrait Yann Pouhaër«C’est en école de commerce que je me suis spécialisé en finance mais c’est en Malaisie que j’ai débuté ma vie professionnelle en tant que coopérant du service National. Rattaché à la chambre de commerce franco-malaisienne, mon rôle consistait à faciliter l’accès des PME Françaises aux marchés locaux.
A mon retour en France j’ai commencé une longue séquence dans l’affacturage. Tout d’abord en région parisienne, pour le CIC, puis pour SG Factoring, qui me permet de revenir dans l’Ouest au sein de la Délégation Régionale de Rennes. Ce mode de financement, qui permet aux entreprises de se financer aux moments charnières de leur vie, a été l’occasion de sillonner les belles régions du grand Ouest mais surtout de partager de beaux moments avec les équipes SG et leurs clients.
Il y a 4 ans que j’intègre l’équipe d’animation de l’épargne salariale et retraite de la SG en région. Comme mes collègues, nous arrivons juste avant la promulgation de la Loi Pacte et toutes les belles perspectives que représentent cette dernière pour nos clients et leurs salariés. »

 

2.    En trois mots, comment décris-tu ton rôle ?

« ANIMATION : mon rôle premier est d’animer les équipes SG, en contact avec les clientèle commerciale, afin d’identifier les structures à rencontrer sur le sujet de l’épargne salariale. 

COORDINATION : mon poste me positionne entre les clients et les équipes qui font vivre les dispositifs d’épargne salariale chez S2E, SGSS, S2G et Assu. La coordination de ces différents acteurs doit se faire dans le respect des process et des timings.

PÉDAGOGIE : vis-à-vis des dirigeants mais aussi des salariés. La pédagogie est indissociable de l’épargne salariale et retraite si l’on souhaite que les dispositifs vivent et prennent leur place dans la stratégie de retraite des salariés. Ainsi, un moment crucial de la mise en place d’un dispositif reste l’étape de présentation aux salariés et de toutes les opportunités de placements liées.»

3.    Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

« La curiosité. Chaque nouvelle journée est la promesse de faire de nouvelles rencontres, de découvrir une nouvelle entreprise. Mes interlocuteurs ont tous une histoire à me raconter, sur leur société, les hommes et les femmes qui l’animent. »

4.    Quelle est ta devise, ta philosophie ?

« À mes yeux, l’important est de s’investir au maximum de ses capacités.
Tout mettre en œuvre pour ne jamais avoir de regrets. »

5.    Dans la vie, quelles sont tes passions ?

« ÀMa vie personnelle se partage principalement entre ma famille et la pratique de la voile. Réunir les deux est un grand plaisir, à condition de se rappeler de ne pas confronter trop longtemps les enfants à ce monde penché, souvent humide et potentiellement froid.
Une rencontre avec un groupe de dauphins du côté de Belle-île peut représenter une belle récompense …
L’improvisation d’un repas de galettes et de crêpes, fait partie des plaisirs simples que j’aime partager avec des amis. »

6.    En quoi peux-tu dire que c'est toi l'avenir ?

« C’est enthousiasmant d’être au cœur de l’évolution du système de retraite français. En effet, l’épargne salariale et retraite fait l’actualité ces dernières années avec notamment la Loi Pacte et sa fiscalité associée. 
J’ai la conviction que la loi pacte permet aux français d’optimiser un objectif de placement long-terme, la retraite, et un rendement qui puisse générer des niveaux de rente acceptables.
C’est vers les produits d’épargne salariale et retraite que les salariés du privé peuvent se tourner pour porter leur épargne retraite par capitalisation et compléter leur pension issue de la retraite par répartition.
Alors effectivement on peut dire, c’est nous l’avenir ! »